La Vie : Un théâtre dont les actes se jouent au quotidien…

« Les uns trépassent et les autres restent jusqu’à ce que leur temps sur terre soit écoulé.

Les dieux reposent dans leurs tombeaux royaux ainsi que les plus nobles et les plus dignes d’entre nous.

J’ai maintes fois entendu répéter leurs discours et leurs hymnes à la gloire.

Qu’advienne-t-il de leurs mémoires et leurs œuvres ? Très souvent le Temps et les saisons ont raison de celles-ci.

Au fond la Mort n’est que la réalité des vivants. Nul n’est revenu nous dire comment ils se portent ni ce dont ils ont besoin. Et nos cœurs ne trouveront le repos qu’au moment où nous irons les rejoindre… »

Ceci est l’extrait d’un texte que j’avais écrit au décès de mes grands-parents, il y a dix ans. Pour le nombre d’années que j’ai au compteur de mon existence, j’ai vu trop d’âmes chères partir. Trop tôt ou trop tard, au fond cela reste une perception temporelle car je crois que c’est surtout la séparation qui saigne l’âme de ceux qui survivent. L’aspect éphémère de la vie devient alors la vérité abrupte qui retentit dans notre être tout entier et c’est fou comme à cet instant on est soudain rempli de toutes les grandes résolutions concernant notre parcours terrestre.

Parfois on aimerait frotter la lampe du génie afin qu’il rallonge nos années terrestres. Mais voilà la vie est un processus : on nait – on existe – on meurt. Je ne pense pas que ce soit en elle-même la mort qui cause ce déchirement de l’âme, mais les circonstances dans lesquelles elle se produit. La plus douloureuse d’entre elle est de voir l’être cher dépérir. Au début c’est un peu facile, nous essayons d’être positifs plein d’espoir et le regard reconnaissant de celui/celle qui est malade nous donne la force d’avancer. Mais au bout d’un moment sa souffrance, l’essence de vie qui quitte inexorablement chacune des cellules de son corps, emportent avec elle un peu de nous dans le processus.

Ce qu’il y a de con durant cette période c’est ce qu’on appelle la dernière bonne journée, quand tout à coup l’inexorable déclin fait une pause, quand la douleur devient momentanément supportable… Évidemment c’est qu’il est impossible d’identifier cette dernière bonne journée le jour-même. Sur le moment c’est juste une accalmie dans la tempête. Durant celle-ci, la vie se célèbre avec des sourires, le partage de souvenirs et bizarrement de souhaits d’espoir pour le futur. Chaque heure est comme le doux bruissement du bonheur, de l’amour et où l’on croit que l’éternité nous est accordée. Et l’on se dit, le miracle existe…

Puis soudain avant que l’on nous l’annonce, une partie de notre être sait que l’être cher n’est plus. Je ne saurais dire si c’est l’angoisse de la solitude qui fait mal ou le fait que l’on réalise que la vie ne se résume qu’à un instant. Mais une chose est sûre c’est que cette douleur sourde, gronde en notre être intérieur et à chaque seconde devient insoutenable. Mais surtout chaque seconde est pire que la précédente.

En écrivant ces lignes, je ne choisis pas de faire l’éloge de la douleur ou la souffrance, mais celui de la vie car malgré tout elle mérite d’être vécue. Transcendez cette peine et oser regarder le message de vie de cette âme qui retourne à sa création. Au sein d’une société où il n’est pas correct de mourir, on en oublie la force de vie et la foi d’une personne malade. Nous oublions que sa foi à sa façon a soulevé des montagnes durant son combat contre la maladie. Pas forcément par instinct de survie, mais surtout par amour pour les êtres chers qui l’entourent. Cette âme a peut-être décidé à la dernière heure du dernier jour qu’il était temps pour elle de repartir vers la Création. Car à bien des égards, la véritable tragédie est de demeurer dans un corps dont la liberté ne lui appartient plus.

L’Âme fait de l’Esprit

Je dédie ce texte à toutes ces âmes chères qui nous ont quittées, aux âmes qui leurs survivent afin qu’elles magnifient ce sentiment de liberté et de paix que ressentent ceux qui sont partis. Cela ne se fera pas d’un coup, je le sais car il est humain d’avoir mal. Aucune séparation n’est facile, mais le choix de la perception de celle-ci nous appartient. Moi je choisis de conter à l’Histoire le parcours merveilleux de ces âmes et de m’en inspirer…

For you Dad …. My endless Love

~ Tootoone ~

Publicités

5 réflexions sur “La Vie : Un théâtre dont les actes se jouent au quotidien…

  1. Curtis Mane dit :

    C’est très émouvant mais c’est surtout touchant…Pour ceux et celles qui ont perdus des personnes qui leur sont chères et qui malgré le temps, n’arrivent pas à faire leur deuil, des personnes qui ont le chagrin et ne veulent pas oublier… Merci Tootoone

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s